Ce qui m'est dû / La Débordante Cie

Théâtre chorégraphié

Tournée dans les lycées auprès des scolaires et séance tout public à la Mairie du 2

Après avoir programmé « Ce qui m’est dû » en 2016, la coopérative De Rue et De Cirque souhaitait donner à voir et à entendre à des lycéens ce spectacle dont le propos reste d’une actualité brûlante. Des rencontres autour de l’écologie sont proposées à l'issue des représenations ainsi que des ateliers sur la danse dans l’espace public.

« Je suis danseuse et chorégraphe. A travers ma pratique, dans ma vie quotidienne, je perçois le monde. Je le traduis et le redonne à voir. Aujourd’hui, je suis face à l'insoutenable du présent. Comment déposer sur mon corps la crise écologique, économique et humaine qui nous traverse ? J’essaye. » H.Desfarges

Avec Héloise Desfarges et Antoine Raimondi
Ecriture : Héloise Desfarges, Antoine Raimondi, Jérémie Bergerac
Mise en Scène : Jérémie Bergerac

 

La Débordante Cie. La débordante compagnie émane d’un désir de révéler la danse comme un élan vital. Depuis sa création en 2007 à l’initiative d’Héloïse Desfarges, le travail de la compagnie s’articule autour de la question de l’espace de représentation et du rapport avec celui qui regarde. Chaque création est une tentative de rapprocher les corps et de donner à penser par le sensible. La débordante compagnie ne cesse de rebondir du plateau à l’espace public, et déborde avec plaisir d’un lieu à l’autre. En cinq ans, quatre spectacles ont vu le jour : il ne faut pas confondre la tête et les fesses, Lélevla, Vite elles mentent, et Dispersion, Rassemblement,Ce qui m’est dû et Loin en créaton pour 2018. 

Parallèlement aux créations, la compagnie développe un travail de sensibilisation artistique auprès des publics sous forme de stages et d’ateliers, et intervient dans le cadre de projets de réinsertion sociale et professionnelle.

La compagnie est également intervenue auprès de plusieurs Instituts Français. En 2012 à Budapest, auprès du Lycée Français autour des questions soulevées par “ce qui m’est dû”, et en 2013 à Oran pour donner un atelier chorégraphique en espace public auprès de jeunes danseurs algériens.

 

> REVENIR AU LA PAGE VUE D'ENSEMBLE