La mémoire de l'eau / Cie Pernette

Une rêverie chorégraphique pour quatre corps et un élément

Création 2021

Samedi 5 juin à 19h
Dimanche 6 juin à 11h
> Reporté aux 21 et 22 mai 2022 (autorisation préfectorale non accordée)

 

La Mémoire de l'eau se conçoit comme une rêverie chorégraphique fouillant la part sombre, légère et ludique de cet indispensable élément. Plonger et resurgir, disparaître lentement sous la surface, percer la peau des eaux, travailler à la beauté d'une presque immobilité et à la flottaison, troubler d'un geste le miroir de l'eau, traverser d'une rive à l'autre, se noyer ou glisser au fil de l'eau à la manière d'Ophélie.

. . .


La compagnie
. Depuis la création de sa compagnie, Nathalie Pernette, danseuse et chorégraphe, présente ses spectacles partout en France et à l'étranger. L'activité de création, marquée par un goût pour l'expérimentation et la rencontre, emprunte différents chemins menant de la salle à l'espace public tout en cultivant le frottement avec d'autres disciplines artistiques. Autour d'une vaste activité de production et de diffusion se développent aussi de nombreuses actions de sensibilisation à la danse contemporaine. 

LaMemoire-500x500-0 

Memoire-500

LaMemoireDeLeau-@Melune-500x500

Dans le cadre de TempsDanse #5 / 5 au 25 juin
Danse en espace public

Suivez la piste de la danse dans les rues de Paris. Sous le soleil, sur le bitume, rencontrez, découvrez. Spirales mystiques, récits d’au-delà de la Méditerranée, chutes en cascades, hip-hop généreux, animal totem ou mémoire ouvrière. Le corps dansé passeur d’histoire et d’émotions. Sans filtre, ni fard. Et paf !

. . .

"Je n'aime pas les bains, sais à peine nager, suis terrifiée en pleine nuit devant l'eau noire de l'océan et déteste avoir la tête immergée sous l'eau, où les sons m'apparaissent dangereusement déformés. A l'inverse, j'aime, presque par défi, me jeter dans les eaux glacées des torrents de montagne ou flotter dans les lagons des mers chaudes et lointaines…

Quel point de départ idéal à une future création !

Plus sérieusement, élément trouble et double, l'eau me fascine ; tout à la fois sombre et limpide, douce et furieuse, maternelle et mortelle, joueuse et ténébreuse, peuplée d'êtres fantastiques, réels ou imaginaires et dont les abysses nous restent encore aujourd'hui inconnus. Un magnifique réservoir d'images poétiques, de souvenirs enfouis, d'histoires partagées et de reflets de notre intimité." N.Pernette